mercredi 5 février 2020 

08h30 - 09h30


 
E06

Circulations extra corporelles : dialyse, plasmaphérèse , ECCO2R

MODÉRATEUR(S) :  Sandrine MONOT (Paris), Tatiana VERGNOL (Paris)  
  

Epuration extra rénale (EER) par hémofiltration continue en réanimation : évaluation des pratiques professionnelles (EPP)

Orateur(s) :   Jérémy PETIT (Bordeaux) 

Auteur(s) :  Nahema ISSA (Bordeaux)   Catherine PELLADEAU (Bordeaux)   Gaelle MOURISSOUX (Bordeaux)   Olivier GUISSET (Bordeaux)   Fabrice CAMOU (Bordeaux)  

08h30 - 08h50
Durée de la présentation : 15 min
Durée de la discussion : 5 min


Abstract : 
Epuration extra rénale (EER) par hémofiltration continue en réanimation : évaluation des pratiques professionnelles (EPP)

Introduction / Rationale :
En réanimation, la qualité de l’EER repose sur l’optimisation de la durée de vie des filtres et l’absence de thrombose inopinée afin de limiter les interruptions thérapeutiques (downtime) et d’obtenir une dose réelle d’ultrafiltration d’au moins 20 mL/kg/h.

Méthodes / Patients and Methods :
Il s’agit d’une EPP prospective en trois parties successives : (1) audit des pratiques, (2) formation ciblée des professionnels, (3) réévaluation des pratiques. L’objectif principal est d’évaluer la dose réelle d’ultrafiltration pour déterminer les axes d’amélioration en matière d’EER. L’étude est menée dans un service de réanimation de CHU de 8 lits.

Résultats / Results :
Entre novembre 2018 et février 2019, tous les patients traités par hémofiltration continue ont été inclus (n=21). La durée moyenne d’EER était de 6 jours par patient. La dose moyenne d’ultrafiltration était de 27 mL/kg/h et le downtime moyen était de 22%. La durée de vie moyenne des filtres était de 25h. Dans 74% des cas, une restitution préventive a été possible, motivée par l’élévation de la pression transmembranaire (40%), un dysfonctionnement du cathéter (22%) ou une interruption programmée de l’EER (12%). Dans 26% des cas, le sang n’a pas été restitué (thrombose).

Discussion / Discussion :


Conclusion / Conclusion :
A l’issue de cet audit, une session de formation (avec remise d’un guide de bonnes pratiques) a été dispensée à l’ensemble du personnel médical et paramédical centrée sur trois objectifs : durée de vie des filtres > 40h, « zéro thrombose » et downtime < 15%. Un nouvel audit de trois mois sera prochainement réalisé afin d’apprécier l’impact du programme de formation sur la qualité de l’EER.
 

La plasmaphérèse en réanimation : théorie et pratique

Orateur(s) :   Camille LEBRUN (Paris) 

Auteur(s) :  Inmaculada GARCIA MATEO (Paris)  

08h50 - 09h10
Durée de la présentation : 15 min
Durée de la discussion : 5 min


Abstract : 
La plasmaphérèse en réanimation : théorie et pratique

Introduction / Rationale :
La plasmaphérèse est un soin exigeant qui mobilise de nombreuses compétences à la fois théoriques et techniques. De plus, cette pratique coûteuse nécessite une organisation particulière ; une séance durant trois heures en moyenne.
Je commencerais mon exposé par une brève présentation de mon service (une IDE pour deux patients, nombres entrées et de plasmaphérèses par an, sept machines d’hémofiltration).

Méthodes / Patients and Methods :
Ma présentation sera ensuite divisée en deux grandes parties. Premièrement, un chapitre théorique avec une définition de ce qu’est la plasmaphérèse et un rappel sur les différents composants du plasma sanguin ainsi que les règles de transfusion de Plasma frais. J’expliquerai comment fonctionne cette thérapie, quelles en sont les indications, contre-indications ainsi que les complications qui peuvent survenir. Je rajouterai un mot sur les résultats que prodigue cette thérapie.
Deuxièmement, j’aborderai un chapitre plus concret en expliquant le détail d’une séance. De la prescription médicale jusqu’au débranchement de la machine en insistant sur les surveillances infirmières. Le tout en rappelant le cadre légal auquel notre profession est soumise.

Résultats / Results :
.

Discussion / Discussion :


Conclusion / Conclusion :
Enfin, je pourrais également présenter les outils mis à disposition dans notre service (arbre décisionnel, gestion des débits selon protocole…).
 

Charge en soin et conséquences organisationnelles pour une équipe de réanimation de la mise en décubitus ventral des patients avec ou sans ECCO2R.

Orateur(s) :   Stéphanie DUBOIS (Villeneuve Saint Georges) 

Auteur(s) :  Sylvie FONDANECHE (Villeneuve Saint Georges)   Jean françois GEORGER (Villeneuve Saint Georges)  

09h10 - 09h30
Durée de la présentation : 15 min
Durée de la discussion : 5 min


Abstract : 
Charge en soin et conséquences organisationnelles pour une équipe de réanimation de la mise en décubitus ventral des patients avec ou sans ECCO2R.

Introduction / Rationale :
Dans le Syndrome de Détresse Respiratoire Aigu (SDRA) modéré à sévère le Décubitus Ventral (DV) diminue la mortalité des patients. Il y a peu de données sur la charge en soins de ces patients en DV porteur d’une ECCO2R. Depuis 2014, dans notre service nous associons l’ECCO2R et le DV chez nos malades en SDRA avec un rapport P/F inférieur à 150 mmHg.

Méthodes / Patients and Methods :
L’objectif est de montrer la faisabilité, les conséquences organisationnelles pour l’équipe de réanimation et la charge en soins de la manœuvre en DV chez les patients porteur ou non d’une ECCO2R. Depuis janvier 2019, la charge en soins est quantifiée à partir d’une échelle NAS (Nursing Activities Score) quotidiennement jour et nuit, et la manœuvre de DV sur une grille créée à cet effet.

Résultats / Results :
72 manœuvres ont été étudiées dont 42 avec et 30 sans ECCO2R. Sans et Avec ECCO2R le score NAS médian est de 88 et 98, le temps de mobilisation de l’équipe est de 10.5mn et 11mn, le temps de mobilisation du binôme IDE/AS est de 55mn et 60mn, les poids moyen 83kg et 90kg (pas de différence significative). Le nombre d’agents mobilisés pour la manœuvre de DV est 7 sans et 8 avec ECCO2R (p<0.05).

Discussion / Discussion :


Conclusion / Conclusion :
La charge en soins des patients mise en DV est importante avec ou sans ECCO2R, la mise en DV avec ECCO2R n’impacte pas plus longuement l’équipe paramédicale mais nécessite la présence d’une personne en plus. Ces chiffres reflètent le ressenti de l’équipe soignante au quotidien.