mercredi 5 février 2020 

11h00 - 12h20


 
741

Confort et détente

MODÉRATEUR(S) :  Stéphanie BONNEL (Clamart), Aurélie FRENAY (Lyon)  
  

Bénéfice d'une démarche qualité centrée sur le confort des patients hospitalisés en réanimation chirurgicale. Etude rétrospective monocentrique.

Orateur(s) :   Sandrine DESCAMPS (Bordeaux) 

Auteur(s) :  Sylvie CLAVERIE (BORDEAUX)   Mayalen HARAMBILLET (BORDEAUX)   Camille PENCHAUD (BORDEAUX)  

11h00 - 11h20
Durée de la présentation : 15 min
Durée de la discussion : 5 min


Abstract : 
Bénéfice d'une démarche qualité centrée sur le confort des patients hospitalisés en réanimation chirurgicale. Etude rétrospective monocentrique.

Introduction / Rationale :
Les patients de réanimation sont exposés à des conditions stressantes et de l'inconfort, facteurs de risques de syndrome de stress post-traumatique. Depuis un an, le service de réanimation chirurgicale du CHU de Bordeaux évalue le score IPREA (Inconforts Perçus par les patients de REAnimation) chez chaque patient sortant de réanimation, effectue un retour d'information systématique, au moins trimestriel aux équipes soignantes, et met en place des mesures correctrices spécifiques.

Méthodes / Patients and Methods :
Depuis un an, tout patient ayant bénéficié du questionnaire en sortie d'hospitalisation était inclus de façon rétrospective. Les critères de non-inclusion étaient les enfants, les patients présentant un trouble de vigilance ou une confusion, une barrière linguistique, un transfert secondaire sous ventilation mécanique ou refus de remplir le questionnaire. Le score IPREA global et spécifique était analysé tous les 3 mois avant et après la mise en place de mesures correctrices.

Résultats / Results :
Durant la période d'étude, 205 patients ont été inclus. En plus des mesures correctrices, plusieurs réunions d'information avaient pour objectif la sensibilisation aux comportements individuels. Le score IPREA était de 32 [20 – 47], 21 [15 – 35] et 24 [15 – 36] au cours des 3 périodes analysées.

Discussion / Discussion :


Conclusion / Conclusion :
L'évaluation systématique du score IPREA et la mise en place d'un programme d'intervention adapté réduisent l'inconfort des patients perçu à leur sortie de réanimation. La prise en charge de l'antalgie, du sommeil et de l'anxiété restent des axes majeurs d'amélioration.
 

Les Incollables du confort

Orateur(s) :   Elodie MASSERET (Rennes) 

Auteur(s) :  Veronique MAHE (Rennes)  

11h20 - 11h40
Durée de la présentation : 15 min
Durée de la discussion : 5 min


Abstract : 
Les Incollables du confort

Introduction / Rationale :
Le service de réanimation qui accueille des patients dont le pronostic vital est engagé, est souvent ressenti comme une agression par les patients, leur famille et les personnels soignants.
Consciente de cette problématique, l'équipe de réanimation chirurgicale du CHU de Rennes a souhaité favoriser le bien-être des patients et de leurs proches tout en maintenant une exigence de sécurité.

Méthodes / Patients and Methods :
L'équipe a imaginé un support interactif sous forme de fiches individuelles reliées entre elles reprenant le modèle des "Incollables".
Ce dernier répertorie tous les outils dont le service dispose pour améliorer le confort du patient et de ses proches. Les 5 sens sont sollicités (lunettes à prismes pour les lésés médullaires, bâtonnés acidulés pour stimuler la sphère ORL, musique à l’aide du lecteur disponible dans l’unité…). Par l’utilisation d’objets simples du quotidien, habituellement au second plan derrière les machines sophistiquées de réanimation, on apporte apaisement et sérénité.

Résultats / Results :
L'outil permet :
•de susciter l'éveil en stimulant chaque sens.
•de renforcer l’écoute et l’observation du patient
•d'impliquer la famille
•de personnaliser les soins.

Discussion / Discussion :
Cet outil ludique et pédagogique est facile à utiliser, a été baptisé "incollables du confort" et est disponible dans chacune des chambres de réanimation. Vingt et une fiches plastifiées se déplient en éventail, illustrant les objets du quotidien dont nous disposons. Pour chaque sens, une couleur dédiée, afin de retrouver l’item choisi.

Conclusion / Conclusion :
Cet outil s'inclut entièrement dans le mieux vivre en réanimation, il fait actuellement l'objet d'une évaluation auprès des équipes soignantes, sous forme de questionnaire.
 

L’hypnose, est-elle un outil supplémentaire à l’accompagnement des patients en réanimation ?

Orateur(s) :   Corinne DJELLAL (Paris) 

Auteur(s) : 

11h40 - 12h00
Durée de la présentation : 15 min
Durée de la discussion : 5 min


Abstract : 
L’hypnose, est-elle un outil supplémentaire à l’accompagnement des patients en réanimation ?

Introduction / Rationale :
J’interviens en tant que psychothérapeute en formation, dans une unité de réanimation et vais au chevet des patients afin de proposer mon écoute et ma présence. Lors de ces échanges, les patients me parlent souvent de leur angoisse et de leur peur. Ils me racontent leurs cauchemars fréquents et leur état de confusion possible.
Mais comment accompagner au mieux, le vécu de ces patients ? Formée à l’hypnose, je me suis interrogée sur la place qu’elle pouvait avoir en réanimation.

Méthodes / Patients and Methods :
Pendant près d’un an, j’ai accompagné, une vingtaine de patients volontaires, en utilisant l’hypnose comme outil thérapeutique. Dans un premier temps, je leur proposais, un exercice de relaxation, suivi d’une technique d’accompagnement dans un souvenir agréable. Les patients fermaient alors les yeux, tout en écoutant la musique proposée et laissaient venir les images d’un lieu sécure. Puis, je leur demandais de sentir les émotions liées à cet endroit et les sensations corporelles agréables qu’il procurait. Les suggestions adressées aux patients les faisaient entrer progressivement dans un état hypnotique.

Résultats / Results :
La mise en place de l’hypnose a ouvert comme perspective thérapeutique, une amélioration de la détente, une diminution de l’angoisse et la possibilité d’une reconstruction psychique progressive.

Discussion / Discussion :
L’écoute des patients, m’a fait comprendre que la réanimation pouvait être vécue comme traumatique. Une nouvelle réflexion pourrait alors être menée sur l’utilisation éventuelle de l’hypnose dans l’accompagnement du vécu traumatique du patient, non seulement pendant, mais aussi, après une hospitalisation en réanimation.

Conclusion / Conclusion :
L'hypnose est un outil thérapeutique possible pour l'amélioration du mieux-vivre du patient.
 

Efficacité de séances de détente sensorielle chez le patient agité en réanimation chirurgicale

Orateur(s) :   Margaux BAZIN (Bordeaux) 

Auteur(s) :  Sandrine DESCAMPS (BORDEAUX)   Floriane BERTRAND (BORDEAUX)   Julie LARTIGUE (BORDEAUX)  

12h00 - 12h20
Durée de la présentation : 15 min
Durée de la discussion : 5 min


Abstract : 
Efficacité de séances de détente sensorielle chez le patient agité en réanimation chirurgicale

Introduction / Rationale :
Les patients de réanimation sont exposés à des conditions d'hospitalisation stressantes, facteurs de risques d'agitation. Nous émettons l'hypothèse que la mise en place de séances de détente sensorielle (aromathérapie, écoute musicale, massages) réduiraient l'agitation des patients, et ainsi le recours aux antalgiques morphiniques et sédatifs.

Méthodes / Patients and Methods :
Pendant 8 mois, tout patient stable (sans noradrénaline), extubé ou en phase de sevrage respiratoire, ayant eu une première séance de détente sensorielle, pour un état d'agitation était inclus de façon rétrospective. L'agitation était définie par un score RASS (Richmond Agitation-Sedation Scale) ≥ 1. Deux périodes de 24h étaient comparées avant et après la première séance, chaque patient étant son propre témoin. Les variables analysées étaient l'échelle RASS, le score de douleur, les paramètres hémodynamique, le nombre d'heures de sommeil, le recours à la contention, le nombre et le type des prescriptions sédatives et morphiniques.

Résultats / Results :
52 patients ont bénéficié d'une première séance de détente sensorielle, d'une durée médiane de 1h. Une première séance de relaxation diminue globalement le score d'agitation et augmente les heures de sommeil, sans différence cliniquement pertinente sur les scores de douleur, ni diminution du recours à la contention. Le nombre de prescription de traitements sédatifs était significativement plus faible après une première séance.

Discussion / Discussion :


Conclusion / Conclusion :
La mise en place de séances de détente sensorielle chez le patient de réanimation stabilisé est associée à une réduction de l'agitation, une amélioration du sommeil et une diminution des prescriptions sédatives. Elles n'améliorent pas le score d'analgésie mais permet une évaluation plus fine de la douleur.